0

j’avais un ami

Posted by nohantvic on 24/05/2015 in Divers |

J’avais un ami dont le plaisir était de lire dans un café:il s’y rendait tôt le matin,vers 7 ou 8 heures,toujours le même café,toujours la même table,commandait un thé et se plongeait avec délices dans sa lecture du moment…Un jour,fait extraordinaire,il leva le nez de son livre et vit que la salle du café était complètement vide…Étonné,il appela le patron; »comment se fait il…? »Celui ci,avec un grand sourire,lui répondit: »Monsieur,depuis un mois j’ai changé d’heure d’ouverture,je n’ouvre plus qu’a 9h au lieu de 7h mais comme, apparemment, vous ne vous en êtes pas aperçu,je continue,pour vous,et pour vous uniquement,a ouvrir a 7h… »

Mais quel est donc ce livre,allez vous me demander,que mon ami lisait depuis un mois et qui le passionnait au point qu’il en oubliait le monde extérieur?Je ne vous fais pas languir davantage,c’était « Peut on lui pardonner? »d’Anthony Trollope,un monument de 750 pages (oui,quand même…) de la littérature victorienne.

Moi pour qui les personnages de la Comédie Humaine de Balzac sont devenus, au fil des ans, des connaissances, et des amis pour certains d’entre eux,j’ai d’abord été intéressée par Trollope à cause de ses points communs avec Balzac:là aussi c’est  « une vaste comédie humaine déclinée en plusieurs cycles romanesques »; il y est également beaucoup question d’argent,Trollope ayant eu,tout comme Balzac, une vie plutôt difficile par manque d’argent et lui aussi a écrit « à la ligne » en faisant ses comptes au fur et à mesure;enfin l’un comme l’autre avaient parfois des idées plutôt originales,Balzac avec sa plantation d’orangers par exemple et Trollope, qui ,alors qu’il travaillait a la poste,puisait ses idées dans la boite dite « des lettres mortes »,lettres non distribuées pour cause de décès ou d’adresse incorrecte, sans parler de ses faillites diverses et variées notamment dans le domaine agricole.

Tout cela pour vous dire que je ne me suis pas lancée dans Trollope tout de suite,j’ai d’abord tourné autour, »humé » l’oeuvre pour voir si l’envie de lecture était là,un peu comme un bon plat en cuisine donne faim ou pas…Normal,on ne se lance pas dans 750 pages à l’aveuglette…

Et puis hier soir….Hop!J’ai fait le grand saut et j’ai donc commencé « Peut on lui pardonner? »….Pourquoi hier soir?….Allez savoir…Quoique si,soyons honnête,une lettre de rappel de ma Médiathèque préférée y est sans doute pour quelque chose ,mais ça c’est une autre histoire…En tout cas,moi,ce n’est pas l’heure d’ouverture que je n’ai pas remarquée mais celle de la fermeture…des feux…J’ai lu sans discontinuer,toute la nuit…Orpheline d’une mère fortunée,Alice Vavasor vit avec un vieux père aigri et vient de rompre ses fiançailles pour la deuxième fois (nous sommes au XIXème siècle!),le fiancée ne renonce pas,la fortune d’Alice pouvant l’aider a devenir député…Portrait d’une jeune femme indépendante et moderne,vision de la vie politique de son temps qui n’est pas sans éveiller quelques échos dans la réalité d’aujourd’hui…Je n’ai qu’une hâte,c’est de trouver un moment pour reprendre ma lecture dans la journée,n’ayant pas,vous vous en doutez bien,avalé les 750 pages dans la nuit…

Je vous en reparlerai peut être…

A bientot et bonnes lectures d’ici là….

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Copyright © 2013-2021 1001livres.fr All rights reserved.
This site is using the MultiBusiness Child-Theme, v3.1.4, on top of
the Parent-Theme Desk Mess Mirrored, v2.5, from BuyNowShop.com