0

Edmond

Posted by nohantvic on 10/11/2016 in Divers |

Aujourd’hui, je cède la place à un ami souhaitant partager avec nous son ressenti par rapport à la pièce de théâtre qu’il vient d’aller voir: Edmond

Samedi soir, j’ai pris un risque

Nous sommes parents de deux jeunes enfants, et nous travaillons à mi-temps (soit, 12h par jour comme dirait Coluche); La fenêtre de tir en ce qui concerne les loisirs ne se présente donc pas souvent.

Ainsi, lorsque samedi dernier l’occasion de sortir en laissant les prunelles de nos yeux chez leurs grands-parents une dernière fois avant leur départ pour un tour du monde de 6 mois la question s’est naturellement posée : qu’allons-nous voir ?

Et justement, la dernière pièce d’Alexis Michalik, Edmond se joue au théâtre du Palais Royal. Ses deux précédentes pièces : « le cercle des illusionnistes »(Molière du meilleur spectacle 2014) et « le porteur d’histoire » nous ayant déjà séduits, pas d’hésitation.

edmond-tpr-100x150-web

Alors pourquoi est-ce que nous prendrions un risque en allant voir cette troisième création ? Tout simplement car après deux magnifiques premières création, la troisième ne pourrait être du même niveau. Et ceci malgré l’adage « jamais deux … ».

Comme son titre l’indique à moitié, « Edmond » à pour sujet Edmond Rostand et plus précisément l’ensemble des péripéties au travers desquelles il a dû passer pour écrire et monter Cyrano de Bergerac.

Arrivés au théâtre et (mal) installés, nous sommes directement face aux acteurs qui sont déjà sur scène. La pièce démarre, les comédiens se mettent en ligne et Jean-Michel MARTIAL, de sa voix grave plante le décor. Nous sommes à Paris en 1895, l’affaire Dreyfus éclate, Félix Faure président du conseil part à la conquête de Madagascar … Et un certain Edmond Rostand lance sa nouvelle pièce, « la princesse lointaine » qui s’avéra être un four … un four noir.

A partir de là se déroule une histoire, qui n’a pas vraiment de fondement historique en dehors des principaux éléments que tout le monde connait. Ce fus d’ailleurs là la principale et seule critique de certains esprits ronchons d’une certaine émission de radio pour critiquer cette pièce qui de sa grande hauteur peut bien descendre quelques marches et toujours rester au sommet.

Bref, l’histoire, entièrement écrite pas Alexis Michalik, démarre. Edmond cet auteur ne montant que des fours ne cesse de chercher l’inspiration. Quand de fait, sa bonne amie, Sarah Bernhard (Valérie Vogt) lui obtient un rendez-vous avec le fameux acteur Constant Coquelin (Pierre Forest), Edmond (Guillaume Sentou) ne voulant pas rater l’opportunité se voit vendre une pièce qu’il n’a pas encore écrite. Or du fait des éléments du contexte, cette pièce devait être écrite et montée en trois semaines.

L’histoire se déroulant, je me posais une question de savoir comment l’auteur avait-il prévu d’intégrer cette fameuse première de Cyrano. Alexis Michalik allait-il choisir la facilité et simplement passer une bande sonore d’applaudissements pour seule chute, allait-il arrêter Edmond à l’aube de la première et ainsi laisser le spectateur combler le vide avec ce que l’on sait de l’avenir de la pièce ?

Rien de tout ça, des morceaux choisis de la pièce furent joués. Notamment, la scène de fin, où Cyrano vient retrouver Roxane au couvent pour leur rendez-vous hebdomadaire. Sublime !

Cette pièce est un enchantement, elle nous transporte dans le Paris de la fin du 19eme siècle et surtout au milieu d’une aventure littéraire où la prose affronte le vers. Les dialogues sont un plaisir trop rare à nos oreilles. Quel bonheur d’entendre ce français désuet et disparu qui met à l’honneur une langue française en lui faisant revêtir ses plus beaux habits.

Comme à son habitude, Alexis Michalik, donne plusieurs rôles à ses acteurs, cela implique une rigueur de mise en scène qu’il faut saluer. Tout est absolument transparent pour le spectateur, le spectacle se déroule comme une mécanique extrêmement bien huilée.
Les acteurs sont excellents. Edmond joué par Guillaume Sentou dont je ne connaissais que le duo « Garnier et Sentou » m’a beaucoup surpris, son interprétation était rythmé, juste avec un texte que tout acteur ne serait pas forcément capable de jouer.

Pierre Forest dans le rôle de Constant Coquelin était splendide en tant qu’acteur de théâtre aguerris mais aussi en tant que Cyrano et spécialement dans la scène de fin.

Si vous cherchez un spectacle original avec une magnifique mise en scène, d’excellents acteurs, un spectacle qui vous fasse réfléchir, foncez immédiatement voir Edmond au Palais Royal.
Vous en sortirez avec l’envie de voir ou de revoir, de lire ou de relire, de connaitre ou même d’approfondir les nombreux thèmes et références abordées …

Et si vous avez déjà été voir le spectacle, n’hésitez pas à aller voir les précédentes créations d’Alexis Michalik : « le cercle des illusionnistes » ou « le porteur d’histoire » elles se jouent forcément quelque part et si ce n’est pas le cas, c’est bien dommage.

Merci à Nohantvic pour son hospitalité « bloguesque ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Copyright © 2013-2021 1001livres.fr All rights reserved.
This site is using the MultiBusiness Child-Theme, v3.1.4, on top of
the Parent-Theme Desk Mess Mirrored, v2.5, from BuyNowShop.com